Diaporama |  Zoom 
Christophe Mirande - Sans titre
Sans titre


-  Vendu -

Autres Arts

Christophe Mirande

Retour
Présentation
Mirande“C’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche.” Pierre Soulages

Je travaille dans le quartier Montmartre à Paris depuis une quinzaine d’années.

Après une première vie dans le monde des lettres, je décide, en 2005, de suivre les traces de mon père, Raymond MIRANDE, et de me consacrer pleinement à l’émaillage sur cuivre. Je suis alors formé à cet art par de grands noms de la spécialité comme Jean-Claude Bessette, Marie-Thérèse Masias et Charles Hair.

En art pictural, je trouve mes sources d’inspirations chez Pierre Soulages, Mark Rothko, ou Nicolas de Staël.

La sensibilité de mon approche créatrice s’accorde avec la fragilité et la beauté d’un monde à redécouvrir. A travers les énergies de la terre, c’est la beauté du monde qui s’exprime, et l’être qui est en jeu. Découvrir la matière, c’est se découvrir soi au sens le plus profond du terme.
Ainsi, en plongeant au coeur de la matière, s’exprime cette quête de l’essence du monde : le tellurique et l’incandescent.

Dépasser les apparences premières et les perceptions immédiates, est le sens de mon travail.

J’offre au regard des œuvres souvent épurées devant lesquelles seules quelques nuances ou reflets semblent éveiller notre attention ; la matière se révèle alors et l’accident subtil apparaît, tel un incandescent éclat de lumière, un mouvement sous-jacent d’énergie pure, comme si la matière révélait ses mystères à travers des traces imperceptibles au premier regard?

L’émail, est une matière exceptionnelle. Proche du cristal par sa brillance, il doit aux cuissons successives dans un four à 900° l’intensité de ses couleurs, leur velouté et leur durabilité. Les couleurs privilégiées sont extraites de mon arc-en-ciel personnel : une palette épurée et riche de couleurs franches, immédiates et puissantes.

Tels les orfèvres et les joailliers, j’utilise l’émail sur cuivre pour sa pureté et exploite son extraordinaire transparence à la lumière comme avec un vitrail.

Travailler l’émail avec des matières différentes comme l’ardoise ou le zinc représente une approche plus moderne, tout en gardant les techniques traditionnelles. La lumière joue avec les aspérités du métal ou de l’ardoise, les côtés lisses ou rugueux, mat ou brillants. Elle en révèle les aspects cachés, gravures du cuivre, oxydations, nuances subtiles de colorations.

Jouer avec le feu c’est prétendre contrôler l’incontrôlable, saisir l’insaisissable, et se remettre en question à chaque étape.
Inscriptions

Artiste ? Galerie d’art ?
Créez votre page sur Artisho !


Recherche
Envoyer la page à un ami
Précédent / Suivant


 Kadé
 Anabirds
Newsletter
Partager sur d’autres réseaux

Partager sur Google Partager sur Scoopeo Partager sur Wikio Partager sur MySpace Partager sur Yahoo Buzz Changer mon statut sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur del.icio.us Partager sur Reddit Partager sur Digg Partager sur BlogMarks Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo Partager sur Netvibes Changer mon statut sur HelloTxt