Diaporama |  Zoom 
Marc Haumont - Street Style
Street Style
Huile sur toile
60 x 73 cm
?La mode se démode, le style jamais? (Coco Chanel)


Peinture

Marc Haumont

Retour
Présentation
HaumontJe suis artiste peintre, je suis lorrain d’origine et j’habite Dijon (Bourgogne). Voila pour les présentations?

Visitez ma galerie virtuelle artistique : Vous y rencontrerez une Cléopâtre au plus mal, Ramsés II, des dieux égyptiens querelleurs, Bouddha, des guerriers, une splendide jeune fille Himba, une Vahiné et d’autres très jolies filles? Découvrez que les civilisations sont mortelles, celle de la Rome antique comme les amérindiennes. Admirez les paysages bucoliques et tremblez devant les éléments déchaînés. Vous y verrez aussi 3 ou 4 pommes, Time Square, des abricots, Gainsbourg, Steve Jobs, Le penseur de Rodin, Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, d’autres américaines un peu plus vieilles, un vol d’ibis rouges, des taureaux, des chevaux, un rhinocéros, des singes, d’autres singes, un ours polaire victime innocente du réchauffement climatique, des sportifs en pleine action, mais aucun raton laveur (désolé)

Je ne sais trop pourquoi, la plupart des artistes et des critiques d’art ne peuvent s’empêcher de justifier toute création artistique par une réflexion philosophique. Pourtant ?les peintres ne connaissent rien à la peinture et plus encore à leur peinture. Il a fallu toujours quelqu’un pour la leur expliquer (Léon Daudet)?.

Mes sources d’inspiration artistique sont multiples. J’apprécie par exemple les maîtres impressionnistes qui ont su peindre une autre réalité, une réalité inspirée par l’instantanéité de nos sensations et non pas figée par des codes artistiques rigides. J’ai aussi un faible pour les peintres-dessinateurs comme Enki Bilal et Luis Royo qui ont su créer leurs propres univers, reconnaissables au premier coup d’œil. Pour les paysages et les marines, je suis toujours admiratif de la façon dont les peintres de l’Ecole Russe comme Ivan Constantinovich Aivazovsky ou Ivan Shishkin arrivent à représenter aussi bien la fureur des éléments que la paisibilité de la nature. Il y a aussi ce ?vieux fou de la peinture?, le japonais Hokusai qui savait peindre les vagues comme personne

L’Art sauvera le Monde. C’est ainsi que j’avais baptisé mon exposition solo à l’Hôtel de Vogüé de Dijon (septembre 2013). L’artiste prolonge en la présupposant la pensée du sociologue Edgar Morin à propos de la démocratisation de la poésie ?L’esthétique des œuvres nous permet de développer une esthétique de vie quotidienne. ?La nature imite ce que l’œuvre d’art lui propose ?, a-t-on dit?. Ainsi, même si l’art ne suffira sans doute pas pour sauver le monde comme l’affirmait le prince Mychkine, le personnage principal de l’?Idiot? de Fiodor Dostoïevski, il nous donne en tout cas les arguments pour vouloir le faire. Il invente des univers où les mystères deviennent des sources inépuisables d’explication, parce qu’ils sont du réel qui ne s’est pas laissé résumer. L’esthétique des œuvres est le vecteur d’un simple message : Notre monde en vaut la peine. J’ai essayé, dans chacune de mes œuvres, de transcender la réalité par l’émergence d’une symbolique issue d’une mythologie moderne. Par exemple, sur l’une des toiles, je n’ai pas peint une mini Cooper percutant un rhinocéros nonchalant? Non, j’ai peint une rencontre improbable, un évènement qui devrait nous étonner mais qui nous laisse indifférent. J’ai emprunté à Eugène Ionesco la métaphore du rhinocéros pour dénoncer notre passivité devant l’inacceptable.

A noter que l’aphorisme exact prononcé par le prince Mychkine était en réalité. La beauté sauvera le monde. L’idiot c’est le naïf qui n’a pas encore été corrompu par la société et qui a une conception très religieuse de la beauté, indissociable de la bonté et ne pouvant être que d’essence divine. Au-delà de cette interprétation religieuse, la question de l’effet salvateur de l’art reste posée. L’art définit toute création humaine destinée à améliorer sa condition, à sublimer ses sentiments, à apporter du plaisir et de la joie. L’art qui permet de distinguer l’humanité de l’animalité, est la timide réponse de l’homme à l’acte créateur originel.
Inscriptions

Artiste ? Galerie d’art ?
Créez votre page sur Artisho !


Recherche
Envoyer la page à un ami
Précédent / Suivant


Guillaume Cabouat
Ced Leux
Newsletter
Partager sur d’autres réseaux

Partager sur Google Partager sur Scoopeo Partager sur Wikio Partager sur MySpace Partager sur Yahoo Buzz Changer mon statut sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur del.icio.us Partager sur Reddit Partager sur Digg Partager sur BlogMarks Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo Partager sur Netvibes Changer mon statut sur HelloTxt