Diaporama |  Zoom 
Patrick Robbe Grillet - Flêche d’amour
Flêche d’amour
Format Hauteur 1500 mm
Largeur 1000 mm
Profondeur 40 mm
Fait partie de la série des “qui guérissent” 10 tableaux, plus 2 hors série.
(une photo n’est jamais le tableau !)


Peinture

Patrick Robbe Grillet

Retour
Présentation
Robbe GrilletCe que l’on dit de mes tableaux ?
« Ils me calment », « Je me détends en les regardants »,
« Je me sens apaisé devant vos œuvres ».
Je n’ai pas cherché à créer cet effet, mais je m’en suis rendu compte au fil des expositions et des visites à l’atelier.
C’est un fait, je les conçois depuis un espace de calme profond, je suis heureux que ce sentiment transparaisse de l’œuvre, qu’il soit ressenti, reconnu par les visiteurs.

L’art peut être une point d’entrée dans la présence. Echart

Une peinture ne s’explique pas, elle est ressentie ou pas.


Qui est Patrick Robbe-Grillet ? Artiste Franco-Suisse, Né en 1968 à Genève. D’abord, ouvrier de production dans une usine chimique, il choisit ensuite, une voie de thérapeute ouvre son cabinet et pratique pendant 7 années.

En recherche du sentiment de paix, autodidacte, après un séjoure en Chine, puis au Japon en 2002, suivi d’un long questionnement, il trouve sa voie dans la peinture, élément libérateur de sa créativité et expression de sa sensibilité à fleur de peau.

Depuis Avril 2005, il se consacre totalement à la peinture. « Je considère l’art comme un pont vers soi, un pont vers l’infini, vers notre source qui à travers la création cherche à nous montrer que nous sommes vivants. »

Qualifié d’artiste ?du silence?, ce peintre travail l’huile, l’acrylique ainsi que le fusain. IL revendique le monochrome comme moyen d’atteindre l’absolu où tout devient ?un?, pour lui.

La façon la plus cohérente d’aborder une œuvre selon lui, les yeux fermés, que la première perception se fasse dans le silence, au-delà de l’émotion.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur vos œuvres ? Le tableau est hors du temps, il ne cherche pas à revendiquer, il vous invite à être regardé sans bruit extérieur, pour atteindre le calme intérieur, s’il est recherché par l’observateur de la toile.

La peinture est-elle pour vous un exutoire ? Non, ce n’est pas un exutoire, c’est seulement la recherche du sentiment de paix qui m’a amené à peindre. « Oser tomber dans un monde sans références. » « Abandonnez-vous dans un espace sans dualité où le choix n’existe plus, à partir de ce moment, la création commence. »

Est-ce que vous pensez avoir exprimé tout ce que vous vouliez exprimer sur la toile ? A mon avis, le tableau existe déjà dans l’invisible, il a besoin d’être révélée par le peintre, comme une œuvre musicale a besoin du compositeur pour naître dans ce monde et devenir audible.

Ce n’est pas moi qui ai quelque chose à dire avec la peinture, c’est la peinture qui a quelque chose à me dire et heureusement que cela se passe ainsi.

Interviewé en 2008, par Florina Busuioc Ecole de journalisme, Paris.
Inscriptions

Artiste ? Galerie d’art ?
Créez votre page sur Artisho !


Recherche
Envoyer la page à un ami
Précédent / Suivant


Sandrine Hartmann
Catherine Lalande-Leroyer
Newsletter
Partager sur d’autres réseaux

Partager sur Google Partager sur Scoopeo Partager sur Wikio Partager sur MySpace Partager sur Yahoo Buzz Changer mon statut sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur del.icio.us Partager sur Reddit Partager sur Digg Partager sur BlogMarks Partager sur LinkedIn Partager sur Viadeo Partager sur Netvibes Changer mon statut sur HelloTxt